Actus

D comme données

La lettre du conseiller scientifique

Le nouveau pétrole ?

« On n’a pas de pétrole, mais on a des idées ! » Slogan gouvernemental pour encourager les réductions de consommation d’énergie au moment de la crise pétrolière des années 1970.

Aujourd’hui c’est la data que nous avons ! et les idées aussi… !

Les boucles de comptage, les caméras, les véhicules, les smartphones, les objets connectés qui abreuvent des algorithmes de traitement automatique des incidents, de régulation de trafic et d’accès, de supervision de réseau, de guidage, de services personnalisés…

Comment valoriser des données issues de boitiers connectés embarqués à des fins de modèles d’affaires, de recherche et d’appui aux politiques publiques ? C’était l’objet du projet MUST, financé par l’ADEME, dont i –viaTIC a assuré la coordination.

L’intelligence artificielle va nous aider à tirer le meilleur parti de ces données et de leur croisement, pour mieux comprendre les mobilités et développer de nouveaux services.

Le RGPD (Règlement Général pour la Protection des Données) durcit la protection de la vie privée à l’échelle européenne. Mais nos smartphones restent de discrets délateurs « à l’insu de notre plein gré… »

Et si on imaginait une coupure des pipelines déversant nos données auprès des acteurs mondiaux. L’absence de ce pétrole ne pourrait-être elle une arme massive de dissuasion pour le respect du RGPD ?

Décider d’un embargo sur la livraison de nos données serait un acte fort, mais serions-nous capables de nous passer des applis qui façonnent notre quotidien ? Une heure ? Une journée ? Une semaine ? La data est une drogue entrainant une dépendance, parfois délétère…

C’est pourquoi, il conviendrait de réfléchir à une répartition plus équitable de la chaine de valeur, la mobilité du quotidien n’a pas vocation à être traité à un niveau mondial et devrait pouvoir trouver des solutions locales, avec un juste retour des contributeurs.

Pour la lettre E, ce sera la prochaine fois.

 

Guillaume Uster

Conseiller scientifique