Actus

La mobilité des voyageurs dans les grands projets Rev3

Actualité des projets

La mobilité des voyageurs : un pilier de Rev3

La Troisième Révolution industrielle se donne pour objectif d’inventer un nouveau modèle économique pour faire des Hauts-de-France l’une des régions du monde les plus efficaces et productives en matière d’économie décarbonée à l’horizon 2050.

La mobilité est présente depuis l’origine de la dynamique, puisque « réinventer la mobilité des biens et des personnes » fait partie des 5 piliers stratégiques présentés dans le Master Plan de 2013, porté à l’époque par la CCI de région et le Conseil Régional Nord-Pas de Calais.

Ce sujet a pris une dimension plus concrète avec la révélation en décembre 2017 de 10 grands projets structurants visant à accélérer la concrétisation de la Troisième Révolution industrielle, devenue Rev3.

Une autoroute A1 durable et connectée

La mobilité fait l’objet du premier projet : « faire de l’autoroute A1 une infrastructure de mobilité durable et connectée ». Ce dernier propose de mettre progressivement en place sur l’autoroute A1 les nouvelles infrastructures utiles et nécessaires à l’accueil de nouveaux moyens de déplacement : infrastructures de recharge (électrique, hydrogène, GNV, GNC, …) mais également l’infrastructure numérique nécessaire au progressif développement de la communication entre le véhicule et son infrastructure.

Un sujet transversal présent dans plusieurs projets structurants

La mobilité apparaît également dans d’autres projets structurants, notamment les projets 4, « Constituer un réseau de parcs d’activité rev3 » et 10, « promouvoir le plan « zéro carbone » initié par l’université de Lille et renforcer le projet « Live Tree » porté par l’Université Catholique de Lille ». En effet, la réussite de chacune de ces démarches dépendra de leurs capacités à proposer des solutions de mobilité innovantes, mutualisée et décarbonées.

La mobilité est enfin indissociable des ambitions régionales en matière de développement de la filière hydrogène, qui n’a de sens que dans le cadre d’une logique de smart city incluant une filière mobilité associée. On peut ainsi considérer que la mobilité est au cœur des projets 6 « Ter rev3 : (…) plan de remplacement progressif des matériels par des rames fonctionnant à l’hydrogène » et 7 « mettre en place une filière de l’hydrogène permettant notamment d’apporter des capacités de stockage aux énergies renouvelables ».